Search Site

Espace pro

Peindre avec une laque : les techniques !

Conseils pour réussir une belle laque

L’effet miroir et l’aspect brillant des portes, autres menuiseries ou biens mobiliers relèvent d’un travail délicat, précédé d’une préparation minutieuse du chantier.

L’étape préparatoire

Pour obtenir un résultat satisfaisant, il ne suffit pas seulement de se consacrer à la peinture, le travail préparatoire contribue grandement à la réussite du laquage. Un « façonnage » est appliqué à la surface à laquer et une importance particulière est attachée à la préparation de l’environnement de travail. Le premier ennemi de la peinture laquée est la poussière. Le peintre fera donc en sorte de l’éviter autant que possible. Il choisira, pour l’application de la peinture, une pièce close, exempte de tout courant d’air, ni trop chaude, ni trop froide et nettoyée à l’aspirateur. Quant à la préparation de l’objet à laquer, l’artisan visera d’abord le coté pratique. Il démontera ou dégagera la surface à laquer dans le cas d’une porte, par exemple. Il fera le travail préparatoire en dehors du local de peinture pour éviter tout surplus d’empoussièrement. Ce travail préliminaire consiste essentiellement au lissage de la surface à peindre. Il s’agit d’une succession de ponçage et de dépoussiérage. Poncez d’abord la surface en l’état à l’aide d’une cale à poncer puis appliquez de l’enduit à laquer après avoir dépoussiéré et s’être assuré que la surface est complètement lisse. Poncez légèrement à l’aide d’un abrasif fin puis appliquer une fine couche de sous-couche, puis une deuxième. N’oubliez pas de dépoussiérer à l’aide d’une brosse douce, de poncer légèrement entre chaque sous-couche et ce, après séchage. Corrigez si nécessaire, à l’aide de l’enduit à laquer, les imperfections.

Le laquage réussi

Lorsque la surface à laquer est parfaitement lisse, sèche et propre, vous pouvez passer à l’application de la peinture. N’utilisez que des outils et produits spéciaux pour laquage : pinceau spécial laque, rouleau laqueur, tampon laqueur et bien sûr la qualité de la laque. Ici encore, vous respecterez le cycle : application de fine couche de laque, ponçage et dépoussiérage. Le ponçage se fait avec de l’abrasif anti-encrassant tandis que le dépoussiérage nécessitera un chiffon humidifié. N’oubliez pas : le mot « fin » est le mot d’ordre : application de couches fines, ponçage à l’aide de papiers fins. Ceci pour arriver au résultat attendu : lisse et brillant.Veillez également à respecter le temps de séchage entre chaque couche qui est de 24h.

Traitement de la rouille et du vert de gris

Les facteurs de corrosion des métaux

Malgré leur solidité, les métaux ne sont pas éternels. Ils sont soumis à différentes sortes d’agressions dont celles perpétrées par leur environnement ambiant. Ce phénomène d’altération des métaux est connu sous le nom de corrosion.

Les meilleurs produits de traitement anti-corrosion-rouille et le meilleur rapport qualité-facilité d'application-prix sont ici

 

Définition

Issu du latin « corrodère » qui signifie « attaquer » ou « ronger », le mot corrosion se définit comme la dégradation ou l’altération des propriétés du métal due à l’action de son milieu ambiant. En d’autres termes, la corrosion est une réaction d’oxydo-réduction non réversible entre un métal et un oxydant. Un métal corrodé retourne à son état primitif, autrement dit à l’état d’oxyde, de carbonate ou autres. La corrosion peut ainsi finir par détruire complètement le métal et le dissoudre. L’acier n’est pas le seul type de métaux sujets à la corrosion. L’aluminium, le zinc, l’argent, le cuivre, voire l’or peuvent également être touchés par ce processus. Les exemples les plus connus de la corrosion métallique sont la rouille du fer et le vert-de-gris du cuivre.

Les différents facteurs de corrosion des métaux

La corrosion est un phénomène naturel qui peut toucher n’importe quel type de métal. Elle est due à l’interaction du métal avec son milieu ou son environnement. Celui-ci contient une grande variété d’agents corrosifs susceptibles de s’attaquer au métal. L’on cite entre autres :

  • La corrosion chimique ou sèche :

La corrosion est dite sèche lorsqu’elle se produit dans l’air. Ce type de corrosion est dû à la présence d’un gaz réactif dans l’air tel que l’O2, le SO2 ou le CO. Le réactif se fixe sur la surface du métal et y forme une couche d’oxyde. L’on dit aussi qu’il s’adsorbe. En fonction de la température ambiante et de la propriété du métal, la couche d’oxyde peut être étanche et protectice. La corrosion s’arrête alors comme c’est le cas de l’alumine sur l’aluminium. Elle peut aussi être poreuse comme la rouille du fer. Le gaz réactif pénètre plus profondément dans le métal. Le phénomène de corrosion se poursuit jusqu’à destruction complète du métal. Certains métaux sont insensibles à la corrosion sèche comme l’or, le platine ou l’argent.

  • La corrosion électrochimique ou humide :

La corrosion se produit dans un milieu électriquement conducteur comme l’eau, le sol, etc. On assiste à un véritable électrolyte : la réduction sur une cathode et l’oxydation sur une anode. Le métal sert lui-même d’anode. Il subit l’oxydation. Le métal oxydé ou un autre métal relié électriquement au premier métal subit la réduction. Il se produit alors un effet de pile ou court-circuit qui, à terme, finit par détruire complètement le métal.

  • La corrosion biologique :

Dans ce type de corrosion, l’altération du métal est due à des micro-organismes comme des champignons, des bactéries ou des algues. Ces derniers détruisent la structure protectrice du métal. Celui-ci devient alors vulnérable aux attaques ou agressions de toutes sortes.

  • La corrosion physique :

La corrosion d’un métal peut aussi être causée par le vent, le choc, le sable ou un fluide. La corrosion d’une vanne métallique peut provenir entre autres du liquide qui y circule.

La loi sur le ravalement de façade

Vitrine d'une ville ou d'une région, les maisons et plus particulièrement leurs façades sont à entretenir. Une loi impose de procéder à leur ravalement tous les 10ans. Les détails.

Ravalement de façade : définition

Ce terme englobe diverses opérations comme la peinture, un crépi ou l'application d'enduit. Il s'agit également du revêtement des murs, de l'installation de l'isolation ou de parements extérieurs. Le propriétaire décide habituellement des travaux à entreprendre pour les maisons individuelles. Par contre, pour une copropriété, la décision est prise en assemblée générale des copropriétaires, à la majorité, selon la législation du 10 juillet 1965, articles 24 et 25. La façade étant une partie commune, les ouvrages s'y rapportant sont pris en charge par les copropriétaires en fonction de leur nombre.

Façade en bon état

À travers l'article L 132-1, le Code de la construction et de l'habitation stipule que « les façades doivent être constamment en bon état de propreté » et souligne que les travaux de ravalement (peinture, nettoyage, réparation des murs, enduits...) s'effectuent au minimum tous les 10 ans. Le cas échéant, une procédure d'injonction est entamée par la mairie qui s'adressera au propriétaire ou, pour les copropriétés, au syndic. Les copropriétaires seront avisés à leur tour par une lettre recommandée doublée d'un accusé de réception.

Les recours du maire

Six mois après la date de réception, si les travaux de ravalement ne sont pas lancés, le maire ordonnera le ravalement par un arrêté. Notifié au syndic ou au propriétaire, l'arrêté municipal fera mention du délai d'exécution et de la loi sur la durée des travaux (une année maximum). Pour les contrevenants, une amende de 3750euros est prévue (7500 euros pour les récidivistes). Si les travaux n'ont toujours pas été engagés au terme du sursis accordé par l'arrêté, le maire procèdera à l'exécution d'office, après autorisation du président du tribunal de grande instance. La somme allouée aux travaux sera avancée par la commune, mais remboursée obligatoirement par le propriétaire.

La Déclaration préalable

Le Plan Local d'Urbanisme, par souci d'harmonisation, peut décréter ce qui sera permis ou non en terme de texture, d'aspects ou de couleurs pour un ravalement. Sinon, ce sera au maire avalisant le ravalement d'édicter des normes esthétiques. Dans ce sens, une déclaration préalable (et non un permis de construire) est à déposer à la mairie de la commune où est située la propriété. Elle renseignera sur le propriétaire (identité et coordonnées), le terrain (références cadastrales, superficie, adresse de la propriété) et la nature du projet. Le propriétaire signera en attestant l'exactitude des renseignements fournis. La déclaration préalable sera accompagnée du formulaire Cerfa13403 pour les maisons individuelles (13704 pour les autres), et de documents annexes (visualisation extérieure, plan de situation, etc.).

Peinture industrielle : comment rénover une porte coupe-feu ?

Le processus de rénovation d'une porte ou d’un tout autre support coupe-feu doit passer pour différentes étapes. En effet, en plus de protéger contre le feu, la porte présentera également un certain esthétisme.

La peinture anti-feu en détail

L'application d'une peinture coupe-feu s'avère indispensable dans le traitement de surfaces situées à des emplacements particuliers, notamment dans une industrie, une grande surface alimentaire, un laboratoire pharmaceutique ou une grande surface de bricolage. La peinture anti-feu ou peinture intumescente tient un rôle protecteur contre le feu et constitue une prévention passive contre l'incendie. Elle contribue également au renforcement de la tenue au feu du support en évitant que l'incendie se propage. En effet, sous l'effet de la chaleur, la peinture coupe-feu engendre une certaine résistance de la matière revêtue.

Synthétique, la peinture coupe-feu est également appelée ignifuge. Au contact du feu, elle peut dégager une mousse protectrice contre les flammes. Cette substance va retarder ou quasiment stopper la propagation des flammes. La peinture intumescente retient alors le feu durant au moins une heure pendant l'incendie, empêchant ainsi la combustion. Classée dans les peintures industrielles, la peinture ignifuge est destinée aux établissements recevant du public, et convient à différents types de support, à savoir du métal, plâtre, béton neutralisé ou plaque fibrociment. Disponible en un large panel de coloris, la peinture intumescente offre un aspect mat, lisse et profond, soit une finition très soignée.

Rénovation d'une porte coupe-feu

Le traitement ignifuge se fait sur un support propre et sec. La première étape de la rénovation commence donc par le nettoyage de la surface concernée en éliminant les corps étrangers par un décapage par abrasion. Pour rappel, le décapage est une action mécanique, chimique ou thermique destinée à éliminer un revêtement déjà existant. Vient ensuite le ponçage afin de redonner un aspect lisse à la porte. L’ensemble sera ensuite dégraissé de manière à ne laisser aucune trace de peintures écaillées. Pour renforcer le support, le marouflage est une technique consistant à appliquer des éléments non métalliques qui vont durcir en séchant.

Une fois sèche, la porte coupe-feu recevra une couche d'apprêt chimique de protection qui la rendra inflammable avant l'application de la peinture anti-feu proprement dite. Suivant la taille de la surface, la peinture anti-feu sera appliquée à l'aide d'une brosse, d'un rouleau ou d'un pistolet sur compresseur. Cette étape devra être réalisée par un peintre spécialisé dans l’application d'une peinture industrielle, dans la mesure où la peinture intumescente est un produit chimique à manipuler avec précautions.

Peinture industrielle sur Acier attaquée par la corrosion : comment intervenir ?

La corrosion est une réaction chimique naturelle des métaux au contact de l'air et de l'humidité. Afin de protéger l'acier de ce phénomène d’oxydation, l'application d'un revêtement de protection est requise.

Le processus de corrosion

La corrosion est un phénomène naturel qui désigne l'altération chimique des métaux. Exposé à l'oxygène, le matériau s'altère progressivement, la présence de certains agents atmosphériques comme la pluie ou le sel pouvant accélérer ce processus de corrosion. L'oxydation se présente par la rouille de l'acier. Pour préserver ce métal de la corrosion, il est indispensable de le couvrir d'une couche de protection qui va ralentir le processus d'oxydation. L'idée est d'isoler le métal de l'environnement avec la couche de peinture. Cette technique repose sur l'application d'un revêtement directement sur la pièce en acier, cette couverture assumant le rôle de barrière et intervenant en tant qu'anticorrosif.

Traitement du métal

Avant de procéder à la mise en peinture du support en acier, il est important de traiter la pièce en état de corrosion. Cette démarche s'avère indispensable pour garantir l'adhérence de la peinture sur le support. La phase de préparation se fait en plusieurs étapes, à commencer par le dégraissage pour enlever toutes traces de salissures et de graisses. Vient ensuite le décapage, une technique consistant à éliminer les traces de corrosion ou de matière, notamment de peinture sur la surface de la pièce à traiter. Ce procédé peut être une action chimique, thermique ou mécanique, destinée à enlever le revêtement déjà existant. Le sablage, une technique industrielle, est également utilisé afin de nettoyer la surface à protéger avec l'utilisation d'un abrasif projeté à grande vitesse sur le matériau pour le décaper. Vient ensuite le ponçage pour redonner son aspect lisse au support.

La technique de mise en peinture

La méthode de protection la plus courante pour les supports en acier est l'application d'une peinture spéciale, après l’utilisation d'une première couche à base de zinc. Les peintures liquides bi-composantes, à l'image de la peinture époxy, se révèlent efficaces pour la protection du métal contre la corrosion. La protection anti-corrosion peut également se faire par l'application de différentes couches de peinture, chaque couche jouant un rôle spécifique dans la protection de l'acier. La première couche constituera un anticorrosif, la seconde épaisseur se composera de pigmentation micacée, et la troisième couche résistante interviendra en tant que barrière contre les UV ou griffes. Procédé de peinture industrielle, la cataphorèse est principalement utilisée dans l'industrie automobile pour la protection du métal contre l'oxydation. Cette technique fait usage de peintures hydrosolubles.

Articles 1 à 5 sur un total de 18

par page
Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
Contact